lundi 13 janvier 2014

Bienvenue à Maryvonne F

fillet10.gif
Bienvenue sur le bateau du BGM..
 tu peux se présenter ici 
Je mets ci-dessous ce que tu as mis en commentaire.......

Tout d'abord, y a-t-il un endroit spécifique pour se présenter ? (Je suis nouvelle)
J'ai voulu m'inscrire sous le pseudo "Cyrtlle" mais apparemment, j'ai échoué. Je me sens tellement fatiguée et mal en ce moment que je laisse tomber ce "détail".
Ensuite, je n'ai pas que des soucis de poids, j'en ai malheureusement bien d'autres. Mais je souhaite envisager globalement une amélioration de mon état physique et de mon état moral.
Ainsi, j'ai un gros problème relationnel avec la nourriture. Je ne mange jamais avec plaisir (que je sois seule ou invitée) mais je mange malgré tout beaucoup trop comme pour me remplir, comme si une force m'y obligeait. Quelqu'un dans le groupe a-t-il connu ça ?

Merci si quelqu'un peut me donner son avis .

Commentaires


:) ;) :D :p :)) :X :-* :-o :( :(( :-/ x( =))

20 commentaires:

  1. et voilà la poste que pour toi Maryvonne !
    j'ai pas mis ton nom ...un jour si tu veux regardes à gauche sur le blog "Préserver son anonymat sur Google +" ..oublie pas aussi de cocher "m'informer " pour chaque poste pour nous suivre ..
    bonne route avec nous

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir et merci de m’accepter parmi vous.
    Avant de me présenter, je tiens à dire que mon « premier parcours du combattant » a été de trouver un blog (avec un groupe) sérieux mais aussi chaleureux et plein d’humour et où les inscrits s’expriment librement.

    Maintenant voici qui je suis .J’ai vraiment l'impression d'être un monstre à côté de vous.

    Je n'étais pas en surpoids, il y a 3 ans. Mais fin 2010, je me suis écroulée: je n'en pouvais plus de toute la misère que je portais en moi, je n'en pouvais plus de subir ce que je subissais.
    J'étais déjà très malade depuis 1998 mais on me reprochait à chaque minute que j'étais malade (le "on", c'est mon mari et mes " enfants). J'aurais bien voulu ne pas être malade et guérir mais on ne guérit pas d'un Parkinson.
    J'aurais voulu me faire petite souris et rentrer dans un trou de souris. J'aurais voulu mourir aussi.

    Mais au lieu de ça, il y a 3 ans, je me suis mise à grossir, à grossir et en moins de 2 ans, j'ai doublé mon poids. En 20 mois, je suis passée de 50 kg à 100 kg (j'en fais actuellement entre 104 et 106).
    J'ai tellement encaissée, j'ai tellement enduré de méchancetés de la part de mon mari et de mes enfants devenus des ados très difficiles à gérer que je suis brisée.
    Je sais que tous ces kilos, ils viennent de là. De ma détresse. Des gros soucis que j’ai eus à l’adolescence des enfants. De la vie de m… que j'ai eue. J'ai laissé les autres me rendre la vie de plus en plus insupportable.

    Maintenant, je suis divorcée. Mes enfants me détestent, je ne sais même pas pourquoi (si: parce que je suis malade) alors comme tout ce que j'ai tenté pour que nous nous rapprochions à échouer, je les laisse de côté. De toute façon, on ne peut pas obliger qui que ce soit à vous aimer, même ses enfants, on ne peut pas.

    Je me trouve donc enfin seule et plus libre. Je paie ma liberté très cher. J'habite un taudis, une maison en chantier où absolument rien n'est fini mais j'ai quand même l'électricité et un robinet.
    MAIS je suis enfin "CHEZ MOI" et c'est un vrai bonheur. Et surtout, j'ai l'impression d'être un peu sortie de l'enfer, d'avoir réussi au moins ça.

    Je souffre de plusieurs pathologies graves : Parkinson, problèmes de dos (j'ai un corset ou plutôt une coquille), obésité, œdème, 'apnée du sommeil et une dépression consécutive à tout ça.

    Pour soulager le dos, l’œdème etc., il faudrait que je perde du poids mais comment ?
    Je suis sous-équipée en équipements pour cuisiner. Je suis tellement vidée et fatiguée que lever une assiette me fatigue. Et je ne trouve pas vraiment de plaisir à manger seule, c'est juste un besoin. Je trouve que c'est beaucoup d'efforts à fournir que de cuisiner pour une seule personne.
    Bref, ça ne va pas être facile. Surtout que rien que de penser à un éventuel régime, ça me fait me jeter dans le frigo toutes les 30 secondes !!!!

    Je pense avoir d'assez bonnes notions de diététique (mon ex-mari était diabétique) mais je ne sais pas pourquoi, je fais (sans le vouloir vraiment) systématiquement le contraire de ce qu'il faudrait.

    Je ne sais pas si vous avez déjà rencontré un cas comme le mien ?

    Je cherche des gens qui ont eu eux-aussi du mal avec l'idée d'entreprendre un régime.

    J’aimerais retrouver le plaisir de cuisiner (des recettes diverses et variées mais simples car mon Parkinson est un handicap pour faire les choses), trouver du plaisir à manger seule, à me faire à manger pour me faire plaisir et prendre soin de moi.
    J’aimerais retrouver un peu l’estime de moi-même.

    Merci si vous m'avez lue jusqu'ici.

    Maryvonne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'abord, Maryvonne, sur ce blog on ne parle jamais de régime ! Il s'agit d'une alimentation différente, savoureuse, sans frustration, et pas si compliquée que ça...
      Ensuite, manger pour se remplir, j'ai connu ça moi aussi, il y a des années, et je ne suis pas la seule.
      Tu verras, dès que tu vas commencer à mincir, tu retrouveras l'envie et la joie d'être plus en forme.

      Supprimer
    2. Nous en parlons souvent avec une amie, les Maman doivent être fortes, nous sommes le pilier de nos enfants et surtout quand nous avons des ados ils ne supportent pas que le pilier s'affaisse.
      Une Maman doit tout porter, tout supporter, on est leur base ...c'est la faiblesse qui leur faisait peur au départ ... ensuite chacun son histoire ...

      l'adolescence est cruelle pour les parents ... bagarres, mots durs, ils se construisent en nous contrant, c'est passionnant et déstructurant ...

      Tu trouveras ici un équilibre alimentaire ... tu as les bonnes bases vu que des années tu as été mince ... l'hyper émotivité est un élément qui nous caractérise toute ... et on compense en mangeant ...`

      Ton témoignage est bouleversant, tu trouveras beaucoup de chaleur humaine ici....

      Supprimer
    3. Tu n'es pas seule Maryvonne, je me reconnais un peu dans ton témoignage très poignant. J'ai aussi perdu le plaisir de manger, je ne me souviens même plus quand. Et même si je suis la méthode je sais que je mange encore trop et sans plaisir. j'en ai parlé à mon médecin et elle n'a rien voulu me prescrire : elle a dit que seul un psy pouvait m'aider à me dépétrer de mon rapport trop émotionnel avec la nourriture. Il m'arrive même de manger sans faim...et sans fin. J'en souffre, je culpabilise, je m'en veux, je m'insulte parfois.
      J'ai parfois le sentiment d'avoir un comportement autodestructeur.

      Supprimer
    4. Bonjour, je vais commencer par le commencement. Je suis aide soignante en soin à domicile, tu dois dans ton état avoir droit à des aides, notamment une aide ménagère pour t'aider à faire tes repas et le ménage. Cela dépend de ton GIR, ainsi qu'une aide soignante pour t'accompagner pour les soins d'hygiène quotidien (à évaluer en fonction du stade de ta maladie). Il peut s'agir d'une étape où tu reprendras ton autonomie quand tu iras mieux... Sinon, je pense que tu as frappé à la bonne porte, le groupe a l'air super (je me suis inscrite hier et pas encore présentée car je ne savais pas où je devais le faire et le temps m'a rattrapé et d'ailleurs je vous laisse mon fils est entrain de faire une réserve de feuilles dans son pantalon, je dois intervenir...)
      Muriel (je ne sais pas sous quel pseudo je vais apparaitre...)

      Supprimer
    5. voilà Filmoumumu c'est pour toi
      http://aidedegilda.blogspot.fr/2014/01/bienvenue-filoumumu.html

      Supprimer
    6. Je suis d'accord avec Filoumumu....il faut que tu vois l'assistante Sociale de ta ville afin de savoir qu'elles sont les aides dont tu peux bénéficier.
      Effectivement le GIR va de 6 (le plus faible) à 1 (le plus handicapé) c'est le degré d'invalidité établi par le médecin du conseil général, sur le dossier fait par le médecin traitant. Il est réévalué tous les 4 ans. Et à partir de là, c'est le montant auquel le Conseil général va participer pour l'allocation. N'hésite pas à demander conseil à ton assistante Sociale.
      Pour ton alimentation, pas besoin d'appareil spéciaux..... Pas de régime pour nous ici c'est BGM, il suffit juste de réadaptapter ton alimentation.....
      Afin de commencer en douceur et pour mieux comprendre, je te propose de mettre les menus de la veille afin que nous puissions te corriger, si erreurs il y a et de faire avec tes menus avec des aliments à IG inférieurs ou égaux à 50.
      Nous allons faire tout notre possible pour t'aider afin que tu te sentes mieux....
      Donc, BIENVENUE avec nous toutes..... Tu vas y arriver....

      Supprimer
    7. Ouh la la ! tous ces mesages pour moi ! Ca fait très plaisir .
      Je vais répondre à chacune.

      @ Loulou :
      tu fais bien de me corriger ! Ce n’est pas du tout un régime que je cherche mais davantage une meilleure façon de me nourrir pour être plus en forme.
      N’empêche que pour l’instant, ça me paraît encore un peu compliqué la façon Montignac : il faut juste que je m’habitue.

      @ Sofinette M :
      oui, les Mamans devraient être fortes et les Papas aussi. Chez nous, nous étions malades tous les 2. Maintenant, j’essaie de ne pas trop penser à mes enfants car je suis tombée si bas qu’il est grand temps que je m’occupe de moi si je veux un jour aider à nouveau mes proches.
      Oui, c’est pour compenser les émotions (pas heureuses du tout) que je me suis mise à me maltraiter.
      J’ai lu beaucoup de commentaires ici et c’est la chaleur humaine et l’intelligence du bon sens qui m’ont fait m'arrêter ici.

      @ Samantha :
      tu dis mieux que moi les choses. Oui, j’ai eu un comportement autodestructeur. J’avais l’année dernière, consciemment, fait le choix de me laisser aller, de me laisser mourir à petit feu. Vraiment. Mais j’ai la chance d’être suivie par une neurologue, un psychiatre, des infirmières du CMP (Centre Médico-Psychologique), une assistante sociale et mon médecin traitant (une femme) qui ont été d’une grande humanité et qui se sont concertés pour me redonner goût à la vie. Sincèrement, ce sont vraiment des soignants de l’humain. Merci à eux.
      Ton médecin a raison, fais lui confiance. La mienne est comme ça aussi. Elle me dit souvent que les médicaments ne font pas tout et que l’humain est bien au-dessus de la chimie, qu’il pense et qu’il a les capacités de démêler les nœuds qu’il a faits au fil de sa vie.

      @ Filoumumu :
      oui, je vais avoir droit à des aides. On est en train de monter un dossier auprès de la MDPH pour revoir mon taux d’invalidité.
      Pour le moment, il faut que j’améliore mon état général avant tout. Je le répète, j’ai beaucoup de chance, tous les médecins qui me suivent, travaillent en concertation. Ils ont demandé depuis un an mon hospitalisation à l’hôpital de Honfleur et je suis enfin acceptée. (J’y serai du 28 /01 au 14/02)

      (Je vois que nous sommes beaucoup de nouvelles)

      @ Marielle
      Merci pour tous tes conseils. J’ai une assistante sociale qui prend en charge les démarches. Je suis trop fatiguée, moi, pour les faire.
      Oui, je crois que c’est bien de commencer en douceur une nouvelle façon de vivre. Le psychiatre m’a dit lors de ma dernière hospitalisation : « Vous ne pourrez jamais déplacer une montagne mais en vous donnant du temps et en réfléchissant, vous verrez, vous la contournerez »
      Marielle ? Où puis-je afficher ce que je mange ?
      Ce midi, j’ai mangé une pomme en entrée (je ne mangeais plus de fruit) et du filet de dinde cuit en cocotte-minute avec oignons et carottes et un soupçon de piment et sans sel à cause de mon œdème).
      Ce soir, je mange le reste avec des haricots secs cuits à l’eau.
      Mais je craque toujours au moment de me coucher : je prévois donc une pomme (C’est mieux que d’ingurgiter du fromage, non ? Je ne craque jamais pour du chocolat mais toujours pour du fromage !!! C’est comme un calmant pour moi !!! Ma doctoresse me dit que c’est une très mauvaise habitude que j’ai et elle me conseille de manger le fromage, le matin si je ne peux pas m’en passer.


      @ toutes : Je sens que je vais me plaire en votre compagnie. Merci pour toutes vos propositions d’aide. Et… je compte bien y arriver.

      Supprimer
  3. Bonsoir Maryvonne et bienvenue parmi nous ! Ton histoire est effectivement bien lourde et il est temps que tu commences à t'occuper de toi ! Il y a plusieurs éléments dans ce que tu racontes, mais d'abord si l'idée d'entreprendre un régime te fait peur, cela tombe bien car ici il ne s'agit pas véritablement d'un régime, mais d'une façon saine et agréable de manger. Il te faudra cuisiner un minimum, mais pas besoin de se lancer dans des recettes compliquées pour se régaler. La perte de poids viendra d'elle-même sans qu'on la force, et donc très vite on cesse d'avoir une attitude compulsive à l'égard de la nourriture. Cela se fait en douceur.
    Quant à tes autres problèmes, tu ne fais pas aider ? Nous faisons notre possible pour nous entraider, mais tu as peut-être besoin d'aller plus loin que du papotage et d'oreilles bienveillantes.
    Juste un mot sur ta relation avec tes enfants: l'adolescence est une période oh combien difficile, et à cet âge, on peut vraiment être insupportable, mais lorsque tu dis que tes enfants ne t'aiment pas, là tu te trompes: tes enfants n'ont certainement pas supporté de te voir malade et affaiblie. C'est difficile pour des enfants de s'apercevoir et d'accepter que leurs parents ne sont pas les rocs inaltérables sur lesquels ils comptaient. Ils ont réagi comme ils pouvaient et il ne faut pas (trop) leur en vouloir. Manifestes-toi régulièrement mais sans insister, juste pour ne pas rompre le lien. Ils reviendront vers toi dès qu'ils te sentiront un peu plus solide.
    Comme tu dis, tu dois retrouver l'estime de toi-même. T'être inscrite ici est le premier pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et dire qu'on nous appelle le sexe faible ;) 100% ok avec ta vision des choses :) :X

      Supprimer
    2. @ Venezia : Oui, les médecins pensent comme toi : « il est grand temps que je prenne soin de moi ». Depuis quelques mois, je vois régulièrement des infirmières psychiatriques qui sont chargées de surveiller ce que je fais pour prendre soin de moi.

      Les recettes me semblent un peu compliquées pour le moment. Je n’ai plus l’habitude de préparer un repas. Je lis le blog pour repérer les plus faciles et celles qui me conviennent.

      Je suis suivie par de nombreux spécialistes (neurologue, psychiatre, kiné, dentiste, spécialiste du dos, infirmières psy … et ma généraliste qui coordonne le tout _ j’ai arrêté la psychothérapie après en avoir discuté avec tous_). Mais tous trouvent qu’un lieu de discussion où je puisse m’investir un peu est une bonne chose et que si, en plus ça m'aide à perdre du poids en douceur, c'est formidable!.

      Quant aux soucis que je rencontre avec mes enfants, c’est vraiment trop compliqué pour en parler en 2 lignes. J’essaie de prendre du recul, j’ai été trop dans la douleur.
      Mais ton conseil me plaît : « Me manifester régulièrement mais sans insister, juste pour ne pas rompre le lien ». Les médecins aussi pensent qu’ils reviendront vers moi dès qu'ils me sentiront un peu plus solide.
      Parce que vous l'avez compris, à part le Parkinson qui est génétique, tous mes autres problèmes de santé viennent de mes soucis familiaux.

      Je réalise enfin que l’estime de moi-même passe aussi par une action juridique nécessaire. Je vis comme une clocharde dans un taudis alors que mon ex-mari habite MA maison (j’en suis la seule propriétaire). Je réalise ça, maintenant seulement, parce que d’être enfin libre, divorcée et séparée de mon ex, ça me fait un bien fou. Personne ne peut imaginer comment je me sens déjà revivre.

      Je crois que pour moi, les choses ont dérapé peu à peu sans que j'y prenne garde, puis de plus en plus et quand j'ai vu que tout était fichu autour de moi, ça m'a abattue et là au lieu de me battre, je me suis laissée aller ...

      Mais ça, c'était avant . Lors de mon hospitalisation, j'ai dit "Ça suffit maintenant. Je veux vivre."

      Amitiés

      Supprimer
  4. bienvenue Maryvonne !!
    de quelle région es-tu ? peut-etre pourrions nous t'aider à démarrer ?

    RépondreSupprimer
  5. Merci à Yvonne, Martinoche, Marie-Rose et Brigitte
    Je suis Bas-Normande, de l’Orne.
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  6. PS. je n'arrive pas à cocher la case "M'informer" !

    RépondreSupprimer
  7. bienvenue parmi nous Maryvonne!
    puisses -tu trouver la paix que tu recheches! ♥ :)

    RépondreSupprimer